• L'enfant, le fou

    PHOTOMONTAGE Charles.jpg


    Pour écouter le podcast, cliquez ici :

     L'enfant, le fou


    Du point de vue de la psychologie, ce sujet soulève des questions théoriques fondamentales : la folie chez l'enfant existe-t-elle ? Peut-on parler de psychose infantile ? La notion de « troubles envahissants du développement » est-elle plus adéquate ?

    Du point de vue philosophique, « l'enfant, le fou » nous interroge sur la nature même de l'enfant et nous invite à repenser l'idée d'identité à partir des concepts de filiation et de déterminisme : l'enfant est-il une somme d'héritages (génétique, sociaux, culturels, etc.) à laquelle l'adulte de demain ne peut échapper ? 


     

    « L’individu devient schizophrénique, en partie, à cause d’un effort continu – largement ou totalement inconscient – de la ou des personnes importantes de son entourage pour le rendre fou »

    (Harold Searles dans L’effort pour rendre l’autre fou, 1959).


    PHOTOMONTAGE Charles 04.jpg

    Qu'est-ce qu'un enfant ? On désigne par le mot enfant (du latin infans, composé du privatif in et de fari, « parler », « celui qui ne parle pas »), l'être humain dans sa période de développement tant physique, cognitif que psychologique, entre la naissance et la puberté. Mais le terme enfant renvoie aussi à la filiation, qu'elle soit généalogique ou symbolique.

    Parce qu'il est issu de la fusion de deux cellules reproductrices différentes, l'être humain s'inscrit toujours dans une filiation à laquelle il ne peut jamais complétement échapper. Tout homme, toute femme est avant tout fils de, fille de. Cette filiation est biologique et génétique, historique et sociale mais elle est aussi et surtout psychique : l'enfant est un continuum entre les générations et la synthèse d'une histoire familiale. C'est à l'intérieur même de ce creuset qu'est la famille que l'enfant va grandir, développer son appareil cognitif et se construire en tant que personne autonome. «Pour le meilleur et pour le pire, chacun de nous transporte en soi sa famille originelle, en tant qu’ingrédient, en tant que constituant de son organisation comportementale propre, tantôt comme un poids et une source de limitations, tantôt au contraire comme une force et une richesse », écrivait Paul A. Osterrieth dans son Traité de psychologie de l'enfant (vol. I, 1970). Pourtant, l'individu est un et unique, différent de ses frères et soeurs, mais son identité, même considérée dans sa multidimensionnalité, n'est pas autre chose qu'un héritage : il doit ses traits et ses caractéristiques physiques ainsi que certaines de ses maladies à ses parents (hérédité) ; ses notions du bien et du mal, ses valeurs et ses croyances s'inscrivent dans des cadres moraux et éthiques relatifs à une classe sociale ou à une communauté ; son image de soi, ses modes relationnels, son rapport à l'autorité se sont forgés au contact de ses modèles parentaux.


    Cependant, il arrive que la famille ne soit pas un cocon idéal ou protecteur, et que l'enfant se construise en rejetant le modèle parental, que la famille marque à jamais son histoire personnel (inceste, secrets de famille) ou qu'elle perturbe son développement psychique (névrose familiale). Renier ses parents, refuser cette ascendance, c'est paradoxalement reconnaître qu'un lien existe. Que nous soyons de pères ou de mères inconnus, orphelins, que nous rejetions notre famille ou notre passé, nous restons toute notre vie enfant de, attaché à ce fil inaliénable. Or, la famille peut être une des causes de l'origine de la maladie, comme la schizophrénie par exemple, car « rendre l'autre fou est dans le pouvoir de chacun : qu'il ne puisse pas exister pour son compte, penser, sentir, désirer en se souvenant de lui-même et de ce qui lui revient en propre », écrit Harold Searles dans L’effort pour rendre l’autre fou. La relation parent-enfant peut se mettre à dysfonctionner pour plusieurs motifs : le désir de régler une situation conflictuelle devenue intolérable ; le besoin d'un parent d'éliminer sa propre folie en la projetant sur son enfant qui devient alors le fou de la famille ou encore une tentative de destruction de l'autre via un meurtre symbolique (souhait de psychose).


    PHOTOMONTAGE Charles 02.jpg

    Parce que tout se met en place dans les premières années de sa vie, le sujet reste à jamais l'enfant qu'il a été, il reproduit et il répète ce qui s'est cristallisé plus tôt : sa manière d’entrer en contact avec les autres, d’aimer ou de détester, sa façon de gagner ou de perdre, de dominer ou d’être dominé – de même, toutes ses « réactions », les réponses et les solutions qu'il apporte face à une situation nouvelle, inattendue ou perturbante, sont en un sens pré-déterminées.

    Alors que la folie renverrait à la rigidité des réponses et à la lignification des comportements, l'équilibre psychique serait, à l'inverse, une capacité à s'adapter pour dépasser des évènements douloureux ou traumatiques, une faculté de ressort, une souplesse de l'appareil psychique qui lui permettrait de plier sans se rompre, car on sait depuis Pascal que « l’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature; mais c’est un roseau pensant. Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser : une vapeur, une goutte d’eau suffit pour le tuer. Mais quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu’il sait qu’il meurt, et l’avantage que l’univers a sur lui, l’univers n’en sait rien » (dans les Pensées, 347). 

    Bordeaux, avril 2011.

    PLAYLIST

    musique 2 mini

    Massive Attack : Paradise Circus, extrait de l'album Heligoland / Paradise Circus (Breakage's Tight Rope Remix) / Paradise Circus (Zeds Dead Remix) / Paradise Circus (Acoustic Pearly Mix) / Paradise Circus (Gui Boratto Remix)
    SOURCE

    references mini

    Quand faut-il intervenir avec les enfants inattentifs, impulsifs et hyperactifs ? Cours de Ridha Joobe, directeur adjoint du PEPP‑Montréal et directeur de la recherche sur les troubles neurodéveloppementaux à l'Institut Douglas (École Mini Psy 2010) : http://www.youtube.com/user/douglasInstitute


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :